Logo Spring Lab

LE BLOG

Quelles applications business pour la blockchain ?

Quelles applications business pour la blockchain ?

La blockchain est un concept qui fait régulièrement la une de la presse technologique depuis plus d’un an. En parlant d’elle, The Economist la surnommait « The Trust Machine » et le Monde de son côté la présentait comme une révolution aussi importante que l’arrivée d’Internet. Plus récemment, l’île Necker du millionnaire Richard Branson accueillait début juin la deuxième édition du Blockchain Summit.

Si vous n’y étiez pas conviés, l’École 42 organisait également en juin le Blockfest, une semaine entière dédiée à son étude. L’objectif de cette semaine intensive était de mieux comprendre comment développer des applications à partir de la blockchain, dont les plus connues sont sans aucun doute le Bitcoin et la chaine Ethereum. Si vous avez raté ces rendez-vous, la prochaine conférence à ne pas rater est la Blockchain Vision, organisée par le magazine Finyear, qui aura lieu le 23 septembre prochain (renseignements et inscriptions ici). 

Les Directeurs de l’innovation, Chief Technology Officers et Responsables de l’information sont tous à la recherche d’une application de cette nouvelle technologie qui, selon Primavera de Filippi (chercheuse CNRS et experte en la matière), « est aussi révolutionnaire que l’arrivée d’Internet ». Ce qui est sûr, c’est que de nombreux secteurs sont susceptibles d’évoluer dans les années à venir grâce à la blockchain. On peut citer, entre autres, le secteur de la finance, dont la blockchain va accélérer et sécuriser les transactions. Le secteur de l’industrie va également bénéficier de cette innovation, dans la mesure où la blockchain est amenée à assurer une meilleure traçabilité des composants au sein de la chaine d’approvisionnement. La liste des applications de cette nouvelle technologie ne cesse d’ailleurs de s’agrandir, jour après jour, grâce aux nouveaux services proposés par les nombreuses start-ups qui s’y intéressent. A titre d’exemple, on peut citer La Zooz (mobilité), Augur (veille et prospective) ou Skuchain (logistique).

Ses promesses

La blockchain ou, en français, « chaine de blocs » ou « registre décentralisé » est un réseau distribué qui permet de garder un historique exhaustif de toutes les transactions effectuées depuis sa création. Une vidéo explicative de la blockchain est consultable ici (merci Rue 89 !). 

Son principal atout ? Elle pourra, à terme, remplacer tous les intermédiaires et les tiers de confiance, permettant en principe d’augmenter la vitesse des transactions et d’en réduire les coûts.

Son fonctionnement 

Le nom blockchain provient de la manière dont les échanges sont enregistrés. 

Dès qu’un échange est réalisé, un enregistrement de la transaction est gardé en mémoire et groupé en blocs représentant une durée définie de transactions (par exemple, l’équivalent de 10 minutes de transactions). Les blocs sont classés chronologiquement et chaque bloc inclut une signature digitale (appelée « hash ») du bloc précédent qui sécurise la chaine en garantissant qu’un nouveau bloc ne peut se greffer à la chaine existante que là où se termine le précédent. De plus, le réseau est distribué, c’est à dire que chaque ordinateur relié à la blockchain détient une copie de l’ensemble des échanges. Il n’y a donc pas d’organe central de contrôle. 

Son impact sur l’économie

La blockchain a beau être un sujet plein d’avenir et prometteur, les recherches sur son application dans l’économie n’en sont qu’à leurs débuts. Deux grands groupes de recherche réunissant entreprises et chercheurs ont été lancés aux Etats-Unis en septembre 2015 pour le projet R3 et en décembre 2015 pour le Hyperledger Project. Il reste donc difficile de pouvoir évaluer précisément quand et comment elle va bouleverser nos économies malgré les nombreuses start-ups qui s’y intéressent, dans des domaines aussi différents que la sécurisation de la chaine d’approvisionnement ou la désintermédiation de la finance. Cependant, malgré son potentiel disruptif reconnu, des entrepreneurs et des juristes mettent en garde contre ce qui pourrait bien être une bulle de la blockchain, semblable à la bulle internet des années 2000. 

Une bulle qui entrainerait de la destruction créatrice et permettrait ainsi aux meilleures initiatives de se développer par la suite ? Affaire à suivre.

Tags

Sur le même thème

Tous nos sujets